Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Devis parquet en ligne

Pour les travaux de rénovation parquet, il est important de calculer le budget nécessaire aux matériaux et à la pose en comparant les offres proposées par les prestataires. En général, le prix du parquet sur le marché varie selon le modèle, simple ou triple, et en fonction du type de pose, des finitions que vous souhaitez obtenir et du type de parquet. La meilleure manière d’estimer le montant d’une pose parquet est de demander un devis gratuitement et sans engagement.

Les différentes catégories de parquets

Sur le marché des parquets, vous aurez les choix entre trois grands types de parquets pour votre sol :

  • Parquet massif : ce modèle de parquet est le plus épais par rapport aux autres catégories. Sa fabrication est issue de la même matière de bois. Si vous souhaitez installer des parquets élégants et à la fois durables, il convient de choisir ce type de parquet. C’est également le parquet idéal à poser dans votre salon. Cependant, c’est le modèle de parquet le plus cher sur le marché.
  • Parquet contrecollé : ce sont des catégories de parquet disposant de plusieurs couches. La couche visible en surface ou la couche supérieure du parquet flottant est faite entièrement d’une essence de bois noble notamment en Chêne ou en Hêtre. Plus cette couche d’usure est épaisse, plus les parquets pourront être poncés. La durabilité de votre parquet contrecollé dépend ainsi de l’épaisseur de sa couche flottant. En dessus, on installe la couche intermédiaire ou l’âme centrale du parquet et enfin la dernière couche également appelée le contreparement. Le parquet contrecollé est moins durable et moins cher.
  • Parquet stratifié : en général, il ne s’agit pas d’un réel parquet. En effet, cette catégorie de parquet est souvent composée de résine et de papier kraft. Pour faire de l’économie dans le budget de matériaux, il convient de choisir ce type de parquet.

Les travaux de finitions

Pour les travaux de finitions, vous aurez également le choix entre trois solutions :

  • L’huile : il permet à votre parquet de garder son aspect d’origine. Toutefois, vous devez l’entretenir régulièrement pour la conservation de sa brillance.
  • La vitrification parquet (vernis) : il s’agit notamment de la finition la plus simple à entretenir et la plus résistante.
  • Le cirage : c’est le travail de finition idéal pour votre parquet en bois massif. Si vous optez pour cette solution, pensez à entretenir et nettoyer votre parquet fréquemment.

Il existe également d’autres formes de ponçage parquet qui ont des rôles plutôt esthétiques tels que la brossée, la vieillie ou la cérusée.

Un devis pour la pose parquet

Si vous n’avez pas la notion de bricolage pour l’installation de votre parquet, on vous conseille de solliciter le service d’un professionnel comme saint maclou et de choisir le produit leroy merlin. Le travail réalisé par un professionnel est plus rapide avec une finition remarquable. Le parquet de votre maison ne risque pas de gondoler ou de se déchausser, seulement quelques semaines après sa pose. Pour trouver un professionnel qualifié proposant un tarif intéressant, il est impératif de demander un devis afin de comparer les solutions possibles. Le devis de la pose parquet est calculé en m2 et dépend de la catégorie du parquet.

Un projet sur-mesure

Les professionnels s’adaptent en fonction de vos besoins, vos envies et votre budget.

0 +
ans d'expérience
0 M
de devis traités
0 %
de mise en relation
0 %
de publicité

Questions fréquentes parquet

Quelles différences entre le parquet Massif, stratifié, et contrecollé ?

Le parquet massif est lourd, solide, authentique, il donne un cachet à votre intérieur. Composé à 100 % d’une même essence, le massif est plus haut de gamme que tout autre type de parquet. Il a donc un coût. Il peut s’agir de chêne, de châtaigner, de hêtre, d’exotique (bambou, teck). Il offre plusieurs nuances en fonction de ces essences mais aussi en fonction du traitement qu’on lui a fait subir : il peut être blanchi, naturel ou ciré. On peut lui apporter d’autres effets en le teintant, le vieillissant. Chaque variété ou traitement subi fera varier le prix. Il peut grâce à son épaisseur être poncé plusieurs fois et résiste à l’épreuve du temps et des passages. Il est plus cher à l’achat, mais compte tenu de sa résistance et de sa durée de vie, le rapport qualité/prix reste intéressant et vaut largement les euros supplémentaires.

Le parquet contrecollé est plus fin et vitrifié. Il est composé de 3 couches. On l’appelle également « multicouches ». La première couche au sol est en contreplaqué, la deuxième est en bois tendre. La troisième couche, qui est offerte à l’œil et aux passages – on parle de couche d’usure – est plus noble. Le contrecollé offre un aspect naturel et est proposé en plusieurs variétés. Il est d’entretien plus facile. Il a une durée de vie très honnête et peut être poncé jusqu’à 6 fois ce qui est très avantageux et lui confère un très bon rapport qualité/prix. Ce type présente de plus l’avantage d’une pose aisée : collé ou flottant, c’est à dire que les lames sont emboîtées entre elles, sans autre fixation. Ce type de sol demande le moins de fourniture pour sa pose, versus une pose clouée qui demandera une structure pour recevoir les lames.

Le parquet stratifié est une imitation bois. Il est composé de petites particules. Les imitations sont de plus en plus réussies, ce qui plaît pour leur rapport qualité/prix.

Votre choix se fera en fonction de votre surface, de votre projet dans son ensemble, du prix que vous voulez y consacrer. S’agit-il d’une rénovation ? D’un changement complet ? Vous équilibrerez votre budget en gagnant des euros sur les aspects moins indispensables de votre installation : une salle peu fréquentée ne réclame pas la même dureté de matériau qu’un lieu de passage par exemple.

Le choix de mon revêtement va-t-il influer sur l’isolation ?

Penser isolation lors de l’installation de son nouveau sol demande de bien choisir la sous-couche s’il ne s’agit pas d’un 100 % bois. La sous-couche est un moyen d’assurer une isolation thermique et acoustique. Elle renforcera également la bonne tenue des lames et permettra de rendre plus régulier le sol recevant la pose. Une pose collée aura une influence sur la conduction thermique d’un chauffage par le sol. Penser que les euros dépensés pour une belle qualité seront économisés sur les dépenses de chauffage.

Et avec un sol chauffant ?

C’est la sous-couche qui devra tenir compte de cette particularité. On la choisira compatible avec un chauffage par le sol. On préférera la pose collée. La pose clouée n’est pas recommandée. La pose flottante est possible mais pas idéale.

Pour quel choix de parquet massif opter ?

Le choix de l’essence se fera en fonction de l’aspect désiré.

Il devra également tenir compte du type de la pièce dans lequel il sera installé. Le frêne ou le chêne blanc seront plus indiqués pour une pièce très aérée ou ouverte. Dans une habitation soumise à l’humidité ou dans la salle de bain, on préférera une origine exotique. Il est plus haut de gamme mais nécessaire pour sa résistance et sa durée de vie.

La dureté sera également prise en compte en fonction des pièces concernées, de leur usage, de leur surface et de leur fréquentation. On pourra préférer mettre un certain prix dans une belle gamme si le métré est moindre.

Quelle technique de pose pour mon parquet : cloué, collé ou flottant ?

Sur un revêtement préexistant – carrelage, lino, moquette – on choisira une pose flottante. Nul n’est besoin que l’ancien revêtement soit déposé. Le massif réclamera une pose cloutée. Cette technique de pose est également préférable au niveau d’une salle à l’étage. Dans une maison ou bien si on habite en appartement, dans les deux cas pour une isolation acoustique. On choisira cette pose en remplacement d’un sol en massif, le support étant déjà installé.

Avec un stratifié, la pose flottante est la seule possible. Si les lames du stratifié se présentent comme celles d’un parquet brut, avec une rainure et une languette, ces parties devront être encollées.

L’ancien parquet doit-il être déposé ?

Un ancien sol en lames peut tout à fait recevoir un nouveau revêtement, lui servant ainsi de support. La dépose n’est pas forcément nécessaire. Cependant, si un ragréage trop difficile ou coûteux, en temps et en euros, doit être effectué, peut-être sera-t-il préférable de remplacer le parquet et de profiter des solives préexistantes pour installer un nouveau parquet.

Le ragréage, dois-je le faire ?

Un ragréage peut être nécessaire pour recevoir la pose d’un nouveau parquet. Il est indispensable sur un sol présentant des différences de niveaux atteignant sept millimètres. On préférera le faire faire par des professionnels, c’est une opération délicate. En deçà de cette différence de niveau, le nivellement peut se faire avec de la pâte. De même s’il s’agit de quelques irrégularités localisées sur quelques lames.

On le préférera donc sur un métré moyen. Ou bien on choisira la rénovation de l’ancien sol si la qualité le permet et si le coût s’avère moindre qu’avec un remplacement. Se renseigner auprès d’un artisan spécialisé, de professionnels, vous permettra de répondre à cette question et de développer votre projet.

Quelles plinthes poser avec du parquet ?

Le choix des plinthes sera fonction du goût de chacun. En effet, elles peuvent être assorties en couleur et en essence avec le sol qu’elles entourent. Elles peuvent être avec ou sans nœuds. Elles existent également en inox, en plastique. Elles peuvent avantageusement être complètement en bois pour quelques euros supplémentaires afin d’agrémenter un parquet stratifié ou contrecollé, pour plus d’authenticité. Avec des plinthes 100 % bois, un changement de décor pourra se faire aisément ensuite. Par ponçage et peinture, leur aspect pourra être changé. Ainsi un coût un peu plus élevé de la fourniture, permettra une évolution dans la décoration. Pensez aux plinthes pour une décoration totalement différente en fonction des pièces.

Entretien du parquet

Là où un sol stratifié se lavera comme du carrelage, le parquet massif se devra d’être entretenu de la manière spécifique recommandée pour le bois : on devra le nettoyer, le traiter, le nourrir et le cirer. N’oublions pas que le bois est vivant !